Débat synodal et le peuple des Yakas

Répandue dans toutes les couches de la société, composée d’Ilnakas, d’Ellnakas et d’Ylnonkas, cette tribu virtuelle est représentative d’un état d’esprit qui sévit partout. Pour le Yaka – qui ne rate jamais une occasion de râler car tout lui est dû –, tout serait facile si on l’écoutait.

Les routes enneigées sont mal dégagées? «Ils n’ont qu’à» mettre plus de sel. AQMI exerce un chantage sur la France ? «Y’a qu’à» ne pas se laisser faire. Quelqu’un souffre de dépression? «Il n’a qu’à» un peu se secouer. Pour éviter le sida et l’avortement? «Y’a qu’à» s’abstenir de relations sexuelles. Les secours peinent à arriver en Haïti? «Y’a qu’à» mieux s’organiser. Obama s’enlise dans la question des armes ? «Il n’a qu’à» s’imposer. Le chômage augmente? «Y’a qu’à créer des emplois». Pour le Yaka, tout est simple et peut se résoudre tout de suite. Il critique, montre du doigt, puis exhibe ses conseils… mais jamais il ne propose du concret. Un Yaka garde les mains propres, mais vides. Il ne s’engage pas, ne donne pas de solutions, mais des réponses stériles, parfois nuisibles ou culpabilisantes.

Est-il possible de le neutraliser? Le remède miracle n’existe pas, et changer autrui reste problématique, voire impossible. Par contre, nous pouvons tenter d’anesthésier le Yaka qui sommeille en chacun de nous: le propre du Yaka, c’est de s’adresser aux autres, jamais à lui-même. Peut-être qu’en se mettant à la place de l’autre, en jouant à «si j’étais… je n’aurais qu’à», notre point de vue changerait. Comme par magie, les choses deviendraient tout de suite plus complexes. Sans excuser les dérives possibles, des nuances apparaîtraient, un peu plus d’indulgence également. Si c’était à moi de trouver du travail, de sortir de dépression, de gouverner un pays ou de gérer l’humanitaire dans le chaos, «il n’y aurait pas qu’à»: réflexion, lutte, décision deviendraient très vite indispensables.

Cela permettrait d’entrevoir que, escrocs, profiteurs et incompétents mis à part, chacun fait ce qu’il peut. Et notre Yaka personnel, si souvent bavard, cesserait peut-être de pérorer à tort et à travers.

Le model de gouvernance collégiale de l’Eglise Protestante Unie de France ……un modèle qui peut tordre le coup au « Yaka » ?

Rédouane Es-Banti

iptheologieiptheologie: RT @Nicolas_RocherV: Ce soir à Sanary, conférence de J-N Pérès sur le thème : "l' #EPUdF un pis-aller ou un défi pour l'avenir ?" @iptheologie @EPUdF
46 months ago from Twitter for iPhone
Nicolas_RocherVNicolas_RocherV: Ce soir à Sanary, conférence de J-N Pérès sur le thème : "l' #EPUdF un pis-aller ou un défi pour l'avenir ?" @iptheologie @EPUdF
46 months ago from Twitter for iPhone
TigreekTigreek: Ma pasteur fait une prédic' sur l'Esprit et la joie de la rencontre... Un vrai régal, je ne vous dis que ça... #EPUdF #culte #rencontre
46 months ago from Twitter for Android
maieulrmaieulr: RT @SophieOIlier: Gilles Pivot et Jacques-Noel Peres en 68 a l'@iptheologie!!!!! #synodeepudf ! http://t.co/EeQROpGx9P
46 months ago from web
ReformeHebdoReformeHebdo: Le n°3513 de Réforme est en ligne ! Grande itw avec @ManuelValls, retour sur le #synodeepudf http://t.co/FMoy8icU6M http://t.co/7iAleTKibI
46 months ago from web
ReformeHebdoReformeHebdo: 3e épisode de notre série vidéo "Paroles de #protestants", avec la pasteure Nicole Roulland http://t.co/6d03EXEaiU @EPUdF #synodeepudf
46 months ago from web